SOA Architectes

Tolbiac

ZAC Tolbiac Chevaleret

Avenue de France, Paris XIIIe

Livré en 2018

Tolbiac

ZAC Tolbiac Chevaleret

Avenue de France, Paris XIIIe

Livré en 2018

Programme

Construction de 75 logements sociaux - 3 locaux commerciaux - une crèche collective de 30 berceaux

MOA

PARIS HABITAT

MOE

SOA (mandataire), Igrec Ingénierie (BET TCE), Inddigo (HQE), Orféa (acousticien)

Bugdet

12,1 M€HT

SDP

8 000 m²

Qualités &
Performances

H&E Profil A option BBC performance, Plan Climat de la Ville de Paris

Mission

Complète

L’enjeu est d’établir des continuités et des confluences architecturales pour fabriquer la marque d’un site vaste et vierge, en plein Paris, de dévoiler les présences dans l’inconscient urbain de Tolbiac, de la colline d’Ivry aux quais, et d’inventer une nouvelle narration du quartier en tissant des liens familiers avec son environnement, jouant du proche et du lointain. Le socle du projet pose un lien fort et vivant témoignant de la fertilité du lieu, de la promenade plantée, de la place. La vitrine commerciale type, habituellement immatérielle, voire inexistante, trouve ici une expression plus chaleureuse et ouverte. Sa modularité, pensée comme un hall ou un forum, privilégie les futurs usages multiples. Ancrées sur ce dispositif identifié, les façades des deux grands volumes de logements sont entièrement construites en briques pleines, rendant palpable le registre d’une matérialité établie à Masséna. Le premier volume, côté avenue de France, s’élève et se divise en deux tours pour s’affirmer face à l’extrême monumentalité qui lui fait face. Ses appartement et ses jardins d’hiver entretiennent désormais deux relations au site : le très proche, domestique, protecteur, et l’ouverture sur le lointain et le monumental. Cette figure urbaine de la proximité, aux failles verticales, rappelle les tours de logement du 13e arrondissement. Contre toute attente, le second immeuble de logement, orienté côté colline et promenade plantée, lévite comme un nuage au-dessus du socle.

Reportage photo par Cyrille Weiner